Point de vue de Frédéric Clavert sur les nouvelles technologies en Histoire

L’année dernière, lors de la réalisation d’un mémoire de recherche, j’ai eu l’occasion d’interviewer Frédéric Clavert, un docteur en histoire contemporaine menant au quotidien des travaux liés au numérique. Dernièrement j’ai eu la possibilité de le recontacter afin de vous faire partager son point de vue concernant l’usage des outils numériques au sein du métier d’historien.

Histoire contemporaine à l'ère numérique ©Frédéric Clavert

Histoire contemporaine à l’ère numérique ©Frédéric Clavert

Portrait de Frédéric Clavert

Docteur en histoire contemporaine, Frédéric Clavert a étudié les sciences politiques et l’histoire contemporaine à Strasbourg et à Leeds. Ses recherches s’orientent aujourd’hui vers les relations entre les banquiers centraux et la construction européenne d’une part, sur les sources de l’historien(ne) à l’ère numérique d’autre part. Il a été titulaire d’une bourse du DAAD et a obtenu l’aide à  la publication du Prix Pierre Grappin. Après cinq  ans comme chercheur en Histoire de l’intégration européenne et Humanités numériques, au Centre Virtuel de la connaissance sur l’Europe (Luxembourg), il a été ingénieur de recherche pour le LabEx “Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe”. Désormais il est enseignant-chercheur à l’université de Lausanne.

Les outils numériques utilisés par Frédéric Clavert

En 1997-1998, il commença ses premiers travaux de recherche en utilisant des ressources numériques. Parmi elles, il créa notamment une base de données afin de classer ses prises de note de recherches et ses travaux avec le logiciel 4D.

Selon lui, les dispositifs numériques sont des outils de communication scientifique mais permettent également d’effectuer des recherches. C’est le cas d’un outil de fouille de données qu’il utilisa dans le cadre de son travail sur le centenaire de la 1ère Guerre Mondiale. Pour mener à bien une communication scientifique, les réseaux sociaux et son blog sont des moyens pertinents d’informer aussi bien d’autres professionnels que des internautes curieux.
La présence des nouvelles technologies au sein de ses recherches a deux intérêts :

  • Voir ce qu’elles induisent comme changement au niveau des sources primaires (archives)
  • Voir comment elles changent la manière de faire évoluer les sources primaires

La suite de l’interview portera sur les avantages du numérique. Elle sera disponible mercredi !

Publicités

Une réflexion sur “Point de vue de Frédéric Clavert sur les nouvelles technologies en Histoire

  1. Pingback: Suite de l’interview de Frédéric Clavert sur les nouvelles technologies en Histoire | Cultunum

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s